Favolaschia calocera

Une découverte au Bois du Bouscat le mercredi 25 octobre 2017.

Une vingtaine de participants, enthousiastes malgré les conditions météo très défavorables  (sécheresse) s’est retrouvée lors de cette sortie conviviale.

L’animation proposé par la Mairie du Bouscat (troisième édition) s’est déroulée en présence de quatre animateurs du CEMA : Jean-André Camy, Bertrand Lartigue, Yoën Alonzeau et Jacques Boyer.

Seules une quinzaine d’espèces et pas de première fraîcheur ont été récoltées puis exposées pour commentaires. La surprise vient de la découverte par Yoën Alonzeau, sur branche au sol de Quercus, du magnifique et (encore) très rare Favolaschia calocera (R. Heim) 1945, déterminé par Jacques Boyer et légué à ce dernier, pour mise en culture au siège social du CEMA, et analyse ADN  via Robert Cazenave. (Même souche génétique que les autres récoltes ?).

Photo 1 Favolaschia calocera JBC 6-redim1024

Cette espèce tropicale (pantropicale) invasive issue de Madagascar a été décrite en Nouvelle-Zélande, Australie, Hawaï, La Réunion, Mayotte, Tanzanie,  observée pour la première fois en Europe, en Italie (Gênes en 1999), puis en Espagne (Gijon, Asturies), Cornouailles (UK), Portugal (Braga), Suisse. En France, la première découverte a été faite par Robert Cazenave (AMB) dans le Béarn en 2015, puis à Lormont (Gironde) la même année par Jacques Beck-Ceccaldi. A ce jour, la récente découverte du Bois du Bouscat n’est que la 11° trouvaille sur le territoire national : en 2016 celle du bois de Pau, une nouvelle à Lormont, 6 ou 7 dans les Landes  (alentours de Bayonne et Capbreton) et enfin un récolte en 2017 à Hendaye. Les hypothèses quant à sa survenue en Europe, vont du réchauffement climatique, à la mondialisation, et à la redoutable capacité d’implantation de cette espèce dite envahissante  s’il s’avère qu’elle présente un danger pour nos espèces locales.

Photo 2 Favolaschia calorera JBC 2-redim1024

Les photos suivantes sont de Jaques Beck-Ceccaldi, in situ à Lormont, suivies d’excellentes planches de microscopies du même auteur. Selon ses propres commentaires :

  • « L’état de la première découverte girondine (fin 2015 à Lormont), n’avait pas permis une étude microscopique suffisamment précise. Par contre nous avons obtenu un résultat significatif lors de la récolte de 2016. La sporulation abondante a facilité l’observation de spores, dont un pôle supporte le hile, sans posséder au pôle opposé de trace de pore germinatif. L’intérieur apparait granuleux et présente une vésicule centrale particulièrement importante au point de ne laisser au cytoplasme que deux étroits espaces endo-cellulaires apicaux. Les dimensions sont toutefois semblables à celles notées lors de la première découverte, et se situent dans l’échelle de 9,3-11 x 8,5µm.

Photo 3 spores 9,3-11,5 x 5-8µ-redim1024

  • Les basides, non bouclées, en palissade, bisporée, présentent de longs stérigmates approchant 12 à 14 µm.

Photo 4 -basides en palissade stérigmates 8 -12 (14)µ-redim1024

  • Nous avons observé des formations acanthosiques, non seulement sur la marge en palissade, mais aussi en profondeur, de dimensions irrégulières.

Photo 5 - anthocytes 1-redim1024

  • Les gloeocystides montrent une guttule centrale fortement développé à contenu huileux jaunâtre baignant dans un espace granuleux. Elles prennent une forme clavée atteignant, voire dépassant 25 µm. La longueur parait très variable car elles possèdent ou non un très long pédicelle non cloisonné pouvant atteindre 150 µm. »

Photo 8 - gloeocystis pédicellées1 x400-redim1024Photo 9 - gloeocystis non pédicellées1 x1000-redim1024Photo 10 - gloeocystis non pédicellées2 x1000-redim1024

Sources : l’article de grande valeur scientifique de Robert Cazenave, paru dans le bulletin mycologique du Dauphiné-Savoie, n°224 (2017) p.19-29, avec son accord et relecture.

L’enquête continue…Il est hautement souhaitable de signaler à Robert Cazenave (cazenave.robert@laposte.net) toute nouvelle récolte (lieu, biotope, arbre-hôte, photos).

Photo 11 Favolaschia in situ JBC 9-redim1024

A suivre.                                                               Jacques Beck Ceccaldi,     Jacques Boyer.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s