A la recherche des morilles des dunes au Verdon.

Sous-titre : Le Verdon, oui ; les morilles, non

La section mycologique de la Société Linnéenne de Bordeaux a invité, le CEMA à se joindre à elle pour cette sortie annuelle incontournable. Que sa présidente Brigitte Vignot soit remerciée de son accueil chaleureux.

La côte atlantique se présente sous forme d’un imposant cordon dunaire. Mais l’origine du sable n’est pas identique du nord au sud. La zone de césure édaphique se situe vers Montalivet : Au nord de Montalivet jusqu’au Verdon, le sable est d’origine calcaire. Au sud de Montalivet jusqu’à l’Espagne, le sable est d’origine siliceuse, provenant de l’érosion du Massif central et des Pyrénées.

La pointe du Verdon est caractérisée par une zone d’accrétion de sables coquillers, donc calcarifères, ce qui explique la présence de morilles : Morchella esculenta fo.dunensis ss Heim. Ou Morille des dunes, spécifique de la dune blanche ou semi-fixée.

morchella dunensis 1

Point de Morilles : trop tôt, trop froid après ces périodes récentes de de neige et gel ?  L’image ci-dessus est de Jacques Beck Ceccaldi, lors d’une prospection propice. Toutefois la biodiversité unique et originale de ces milieux extrêmes était au rendez-vous, avec quelques champignons bio indicateurs de l’état de santé du milieu dunaire. La prospection s’est déroulée selon le transect si bien décrit par Jacques Guinberteau : de la frange forestière, (zone de combat entre dunes et forets), vers la dune noire fixée ou lette grise, en passant par la dune grise ou dune semi-fixée pour se poursuivre vers la dune blanche (ou dune mobile) et se finir sur l’estran.

 

DSC_0032 (1)

Quelques champignons remarqués :

Conocybe dunensis. : Sur la dune embryonnaire et la dune blanche.

Conocybe dunensis

Cyatus olla : espèce singulière des dunes érodées, sur sable nu riche en fragments ligneux.

Cyatus olla

Omphalina barbularum et Omphalina pixidata: espèce de la dune noire très fixée avec mousse et lichen.

Omphalina barbularum 1    Omphalina pixidata Verdon

Peziza ammophila : une espèce de la dune embryonnaire et de la dune blanche. Cette pezize des sables surprend par son habitat et l’on est toujours étonné quand on la rencontre plus ou moins ouverte, étalée sur le sable pur, isolée ou en petits groupes de quelques exemplaires à proximité de graminées: comme la plupart des champignons des sables de longs et épais cordons mycéliens -rhizomorphes- vont puiser profondément les éléments nourriciers enfouis. Elle affectionne particulièrement la dune blanche peuplée d’oyats

Peziza ammophila Verdon

Psathyrella ammophila : une espèce dominante de la dune blanche.

Psathyrella ammophila

Rhizopogon obtextus et roseolus : dans l’ourlet pré-foretier. Et oui, ordre des Bolétales ! Sous pins, souvent dans les terrains sablonneux et siliceux. Champignon semi-hypogé, présence de cordons mycéliens entourant le péridium, teintes jaunes, absence de rougissement à la manipulation ou à la coupe et absence de réaction au KOH. Spores 5,2-8,5 x 2-4 µm subtronquées.  A comparer avec R. occidentalis, très ressemblant mais rosit ou rougit à la manipulation et au KOH, spores non tronquées et pousserait sur sols calcaires.  Cf.  également un comparatif des espèces à teintes rosâtres sur la fiche de R. roseolus.

Règne Fungi
Division Basidiomycota
Sous-division Agaricomycotina
Classe Agaricomycetes
Sous-classe Agaricomycetidae
Ordre Boletales
Famille Rhizopogonaceae

Rhizopogon est un genre de champignons de la famille des Rhizopogonaceae dans l’ordre des Boletales. Ils ont la particularité d’avoir une glèbe. Rhyzopogon pousse souvent au même moment que Suillus1.

Basidiome : 1 à 6 cm de hauteur, 1-2 cm de diam., globuleux, aplani ou irrégulier, dépoli, couvert de fines fibrilles apprimées (loupe), blanc au début, vite entièrement coloré sauf les dépressions qui sont légèrement d’une autre couleur, se colorant au froissement, avec rhizomorphes apprimés dispersés et relié au sol par un cordonnet assez épais.

Glèbe : granuleuse et blanche au début, se colorant à la coupe, puis modifiant sa couleur lentement, sans columelle

Rhyzopogon roseolus

Rhodocybe gemmina : ourlet pré-forestier.

Rhodocybe gemmina

Tulostoma brumale (des brumes) : en dune blanche

Astraeus hygrometricus : espèce des lisières pré forestières xérothermophiles

Une belle Pezize découverte et léguée par Jean Christophe Blanchard, déterminée par Jacques Guinberteau, conseiller scientifique du CEMA, comme Peziza boltonii. Quélet (1878).

Photos ci-dessus : JC. Blanchard.

Un rapide tour dans le système forestier  adjacent (mycocoenose phytosociologique : Pino pinastri-Quercetum ilicis et suberis). a permis de rencontrer Cortinarius cinamomeoluteus, Dedale quercina, Pyrenomycètes sp.,Astrae hygrometricus, Chroogomphus fulmineus accompané de son proche Suillus bellinii, Lycoperdon lividum : sur la dune noire dans les tapis de mousse et lichen….

Le tout dans une bonne ambiance de partage et de convivialité.

DSC_0016

Bibliographie : Le petit livre des champignons des dunes. Jacques Guinberteau. Editions confluences 2011

J. Boyer.


Une réflexion sur “A la recherche des morilles des dunes au Verdon.

  1. Trés joli compte rendu de sortie, vivant, bien monté, qui décrit bien la bonne ambiance conviviale de cette journée, agrémentée entre autres par la découverte de peziza boltonii…
    Bravo Jacques

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s