Hemipholiota populnea (Pers. : Fr.) M. Bon 1986.

Pholiota destruens. ou Hemipholiota populnea.

Nom commun : Pholiote du peuplier, Pholiote destructrice.

Une découverte de Jacques Beck Ceccaldi.

DSC_0020

(Les pholiotes recouvrent, stricto sensu, le genre Pholiota. Ce sont des champignons basidiomycètes de la famille des Strophariacées. Ils poussent en touffe, la cuticule est écailleuse ou gluante).

Règne : Fungi
Division : Basidiomycota
S/Division :
Agaricomycotina
Classe :
Agaricomycètes
S/Classe : Agaricomycetideae
Ordre : Agaricales
Famille : Strophariaceae
Genre : Hemipholiota

Description macroscopique :

Les carpophores sont de grande taille à maturité, robustes. Le dessus du chapeau est tapissé d’écailles laineuses ainsi que la partie du pied située sous l’anneau.

Chapeau : 6 à 25 cm. Sec ou un peu visqueux par temps humide, tendant à se crevasser avec l’âge. Très charnu. Beige à brun roussâtre. Recouvert de grosses mèches irrégulières : (peluches laineuses blanchâtres). Hémisphérique, convexe, bombé, souvent mamelonné au centre. Marge très enroulée, se déroulant peu avec l’âge, festonnée. Revêtement formé d’un voile blanchâtre se déchirant en larges écailles fibreuses plus ou moins concentriques, sur fond ocre brunâtre plus sombre au centre.

Lames : échancrées, blanc-crème argilacé, puis brun-rouille avec l’arête plus claire. Adnées, serrées, larges, épaisses, avec de nombreuses lamellules.

DSC_0022

Pied : 8 à 15 cm. pour un diamètre de 20 à 45 mm Central ou excentrique, concolore au chapeau avec de nombreuses peluches blanches. Fibrilleux du chapeau jusqu’à l’anneau. Pelucheux de l’anneau à la base qui se termine en forme de racine et s’enfonce dans le bois. Massif, plein, ferme, au point de le couper avec difficultés, courbe. Anneau plus ou moins bien marqué, brunâtre, floconneux, strié, irrégulièrement déchiqueté.

Chair : blanchâtre, jaunâtre à la base du pied, ferme, compacte, dure. Saveur franchement amère. Odeur neutre, peu nette ou aromatique faible.

DSC_0026

Spores : brunâtres ; Sporée brun sale ; spores en amande, pore germinatif petit peu distinct, 10 x 6 µm ;

DSC_0058

Habitat : lignicole, du printemps au début de l’hiver, isolé ou en touffes sur les troncs abattus de peupliers, (Populus alba), parfois de bouleaux ou de saules, très rarement sur un arbre vivant. , il s’attaque et décompose rapidement les arbres abattus, fraîchement coupés, en particulier sur les troncs entreposés. Son mycélium atteint prioritairement les parties tendres, le cœur du tronc et sous l’écorce.

DSC_0001

Comestibilité : non comestible de par son amertume.

Commentaires : C’est une espèce peu commune, plus fréquente en régions méridionales, visible de septembre à novembre. Avec ses grosses écailles cotonneuses blanches qui tranchent sur le fond brunâtre du chapeau, une taille parfois impressionnante et un pied imposant, écailleux et portant un pseudo-anneau, une chair épaisse, tenace et amère, une écologie généralement liée aux peupliers, pas de grosses difficultés pour reconnaître ce champignon presque à coup sûr.

Remarquablement robuste, d’une taille parfois impressionnante, la plus grande du genre, ce champignon qui peut atteindre les 20 cm. de diamètre est un puissant parasite, destructeur de bois mort ou languissant. Le plus souvent cette pholiote attaque les billes de peupliers (Populus alba) où elle apparaît aux surfaces de coupes, émergeant directement du bois.

Bibliographie :

– Le guide des champignons Guillaume Eyssartier et Pierre Roux. p. 682

– ChampYves le site aux mille champignons.

Découverte et détermination : Jacques Beck Ceccaldi,

Microscopie : Jacques Beck Ceccaldi,

Photos : Jacques Boyer.

                                                                                                                                             CEMA 2018.DSC_0003


3 réflexions sur “Hemipholiota populnea (Pers. : Fr.) M. Bon 1986.

  1. Bravo pour ce très intéressant article ! Je ne savais pas que cette espèce était rare…. Il y en a tous les ans sur une grosse bille de peuplier sous le pont de Gaza le !

    J'aime

  2. …pont de Cazals . Mais cependant, le nom de Pholiote du peuplier n’est ‘il pas réservé à agrocybe aegerita (cylindrea ) ? En abondance en ce moment, d’ailleurs.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s